Début du trek !

Dès 7h30 ce 6 octobre, c’est parti pour 16 jours de voyage à pied ! L’équipe se compose de Jaman, notre guide, de Iman, Wala et Niema, nos porteurs, de Claudine, Jacques, Claude, Martine et moi.

Les premières étapes se font dans un paysage (bananiers, figuiers, orangers, citronniers, rizières) et sous un climat sub-tropical (25 à 30°C très humide, c’est la fin de la mousson, il pleut à verses les 3 premières nuits). Nous marchons dans les gorges de la rivière Marsyangdi Khola, véritable torrent d’une puissance incroyable, qui descend des vallées glaciaires alimentée par les glaciers des massifs proches (Annapurna et Manaslu).

Rivière Annapurnas

Nous portons notre sac de la journée (7, 8 kg), les porteurs se chargent de notre sac marin (chacun 2 sacs + le sien = 30 kg!). Il faudra vivre avec notre complexe de culpabilité. Porteur ici est un métier et nous verrons des porteurs, hommes et femmes, vieux et jeunes, avec 50 ou 60 kg sur le dos !

Les journées se suivent et nous prenons nos marques. Les appariels photos crépitent : tout est sujet d’émerveillement et de photo, tant la nature est belle (cascades de 100 m de haut, vues sur les rizières, contacts avec les autres trekkeurs…) et les népalais sympas et accueillants !

Les premières vues sur notre premier 8000 du parcours (il y en aura 3 sur les 8 « 8000 » que comptent le Népal), le Manaslu, 8162 m, nous prennent déjà aux tripes ! Nous avions déjà vu le Lamjung Himal de Besi Sahar. Nous remontons doucement les gorges de la Marsyangdi Khola en passant à Ngadi 930 m puis Jagat 1300 m, Dharapani 1860 m et enfin Chame 2670 m où la vue (4300 m plus haut) le matin sur le Lamjung Himal 6932 m est impressionnante.

Les journées se déroulent de la même façon : lever vers 6h, rangement des sacs, petit-dej vers 6h45/7h, départ vers 7h30, arrêt black tea vers 10h, déjeuner vers 11h30 jusque 13h, 2ème partie de la journée jusque 15h/16h, toilette, lessive, visite du village, shopping, lecture, écriture, dîner vers 19h, dodo ou relecture vers 20h30/ 21h (souvent pas d’électricité ou alors 1h ou 2 en début de soirée, et pas de chauffage, sinon de temps en temps près du foyer de la cuisine).

Trekkeurs Annapurnas

D’une végétation luxuriante, nous sommes passés à une nature plus alpestre de conifères. Entre Chame et Pisang, ce 5ème jour, nous sortons des gorges, la température fraîchit sensiblement. La vallée s’ouvre et nous voyons la piste du petit aérodrome de Humdre. L’Annapurna II 7939 m se découvre à nous entre les pins. Nous sommes maintenant en plein pays de philosophie (religion ?) bouddhiste. Chaque entrée de village est précédé de schortgen (amas de pierres gravées de prières) et de moulins à prières que l’on fait tourner de la main droite en chantant la traditionnelle prière à Bouddha « Om mané patmé hum ».

Du monastère qui surplombe Pisang, la vue sur l’Annapurna II ensoleillé de rayons dorés constitue véritablement un premier coup de poing émotionnel. Le plus rationnel des hommes ne peut y échapper … Il fait nettement plus froid ce soir. Heureusement, il y a un poêle à bois dans le dining hall du lodge. Nous dînerons donc au chaud ce soir avant de nous replonger dans notre chambre glaciale. Nous en profitons pour nous initier au jeu traditionnel du Bagh Chal, le jeu des tigres et des chèvres, sorte de jeu de dames ou d’échecs népalais, où les tigres doivent manger les chèvres mais où les chèvres peuvent bloquer les tigres dans un coin...

Pisang Nepal

 

Nike Air Max 90