Arrivée au Caire

A.M. part pour un mois en Egypte avec leurs sacs à dos.

Intro

08 août 2006

Journée transport. Aucun problème à signaler, tout s’est déroulé sans stress et dans les temps.

Genève. Première visite de cet aéroport ; étrange sensation d’être seuls dans un aéroport de province. Serais-ce les vacances ou peut être le fait d’être un mardi ? Dans tous les cas, c’est très calme et on n’attend pas. Pause déjeuner sur la terrasse à regarder les avions décoller ou atterrir. Charme désuet que l’on ne trouve plus dans les grands aéroports.

Nous embarquons. L’avion d’Egyptair est un airbus A300 du dernier cri. La musique orientale résonne dans l’avion qui attend sur le tarmac. Une femme voilée retient mon attention. Sans critique envers la religion musulmane, je suis un peu choqué, disons que je ne comprends pas la signification de ce rectangle qui entoure les yeux d’une femme, le reste étant un tissu uniformément noir. Heureusement cette femme est la seule voilée de la sorte et même si toutes les autres sont voilées, elles le sont d’une façon plus « light » qui permet au moins de voir les expressions de la personne et de distinguer les différences de couleur de peau, d’âge... Nous sommes d’ailleurs les seuls européens dans ce vol.

Repas. A peine entrés dans l’avion (15h30) on nous amène les plateaux repas… au demeurant bien appétissants. Quel est l’intérêt de manger à cette heure çi ? Je comprends la politique des compagnies low-cost qui ont supprimé le repas « systématique ». C’est même désolant de se dire que l’on a payé un repas que l’on ne consomme pas !! Le temps passe vite la tête dans les guides à lire ou relire les pages consacrées au Caire. C’est déjà la descente vers le Caire et l’on aperçoit des bras du Nil depuis notre hublot. Mais que c’est dur de voir entre l’aile, la buée et les nuages !

Un flyer EgyptAir

Aéroport du Caire. Premier contact avec le pays très impressionnant. Tout est propre, neuf. Un distributeur de billets me permet de retirer de l’argent à peine entré dans la gare, l’achat des timbres visa ne prends que quelques secondes, quelques vérifications d’usage des passeports et hop nous voila dans le bain égyptien, nos bagages en main. Impressionnant en à peine 30 minutes ! Comme prévu, un chauffeur de taxi envoyé par l’hôtel nous attend. Premières impressions de voiture. Ca roule vite, mal ; beaucoup de klaxons… et des bouchons dantesques !! Seul point positif, et pas des moindres dans ces conditions, les routes semblent en bon état (enfin les principales selon notre chauffeur qui parle un tout petit peu anglais).

Centre ville. Comme disent les jeunes (ok on est un peu jeune encore quand même !) c’est un truc de ouf !!! Indescriptible. Un monde hallucinant se balade dans les rues, une circulation digne des pires jours de grève à Paris et surtout des klaxons aussi nombreux que inutiles car tout le monde klaxonne tout le temps et pour tout. Des barrières ont été placées au milieu des avenues pour empêcher les piétons de traverser… ce qui n’est guère efficace puisque les gens les escaladent. Pour dédoubler un avenue, un autopont a été construit au dessus de la rue… C’est complètement fou !

Arrivée au King Tut Hôtel. Notre première impression est très bonne, notre chambre donne sur la rue qui nous semble assez bruyante (on se rendra compte plus tard que Sharia Talaat Harb n’est pas n’importe quelle rue… mais la plus fréquentée de jour comme de nuit de tout le Caire !) Tout cela pour 70LE la chambre (9,6 euros) il n’y a rien a dire !! Nous descendons faire quelques pas dans la rue. La foule écrasante développe chez nous un sentiment probablement proche de l’agoraphobie.

Principales dépenses de la journée (pour 1 personne):
Train lyon-genève : 10 euros
Ticket train Gare genêve – aéroport : 3 CHF
Avion Genêve – Le Caire : 150 euros (acheté avec le retour en janvier sur vivacances.fr)
Visa : 90 LE
Pourboire taxi : 10 LE (bien trop avec du recul !!)
Nuit hôtel + petit dej : 70 LE