1. Attention, si votre ancien mot de passe ne passe pas, vous devez faire une demande de régénération du mot de passe en cliquant vous avez oublié votre mot de passe ? sous la fenêtre de connexion.
    Rejeter la notice

30 jours à CUBA: TOTALE désillusion !

Discussion dans 'Cuba' créé par termi69, 26 Août 2017.

  1. termi69

    termi69 Membre

    Inscrit:
    10 Janvier 2010
    Messages:
    28
    J'aime reçus:
    0
    Localité:
    VILLEURBANNE
    Cuba ! Le Che, Fidel Castro, la Révolution, la Baie des Cochons, La Havane, les voitures américaines des années 50, les cigares Cohiba, le rhum, la salsa, les plages, ... Autant de symboles et d'images qui ont construit une icône mondiale d'un monde possible anti capitaliste et romantisé à l'extrême.


    58 après la prise de la Havane par Fidel, que reste-t-il de cet immense espoir ?


    Pour le savoir, durant 30 jours de Juillet et Aout, nous avons sillonné Cuba, de Viñales à Santiago de Cuba en faisant halte dans une dizaine de villes.


    Et bien, il faut être allé à Cuba pour le voir ... et le croire !


    1°/ C'est un peuple dont le salaire mensuel d'Etat s'étale entre 8.50 € pour un employé et 25 €/mois pour un médecin, obligeant ces derniers, tout comme des milliers d’avocats, ingénieurs, radiologues, professeurs ou géologues à abandonner leur profession pour conduire les touristes, sous un soleil d'enfer, en pédalant sur un vélo - taxi, en faisant le ménage ou en louant une chambre ou deux de leur "casa" !

    Nombre d'entre eux sont désespérés, et nourrissent un sentiment d'impuissance face à l'absurdité de la situation conduisant les "cerveaux" du pays à accomplir des tâches sans aucun rapport avec leurs études.


    Les taxes et prélèvements peuvent atteindre 90% et les amendes aux motifs totalement ubuesques relèvent tout simplement d'un racket d'Etat accentuant encore le marché noir et autres magouilles pour s'en sortir.


    Un système où les plus anciens renoncent à toucher leur maigre retraite insuffisante pour survivre et tentent d'avoir une petite activité, synonyme d'un quotidien un peu amélioré.


    Certains quartiers de la Havane sont identiques à des zones qui auraient subi un bombardement tant ce qu'il reste des bâtiments s'apparente plus à un amas de gravats qu'à des constructions...

    Certains sont d'ailleurs habités.


    Des rues où des hommes et femmes par dizaines tuent le temps, assis devant le perron de leur maison, en regardant passer les voyageurs.


    2°/ Dans de nombreux domaines, le comportement des cubains atteint une ... bêtise abyssale :

    Un peuple sans aucune conscience écologique, jetant leurs déchets à même la rue, la plage ou la mer des Caraïbes !


    - Jamais nous n'aurons vu de telles plages-poubelles, jonchée de détritus par milliers.

    Au point que trouver une plage "praticable" relève de la gageure.


    Déchets alimentaires, gobelets, assiettes en plastique, bouteilles de bières brisées à même les rochers, et ce sur des centaines des mètres ...


    - A cela, il faut encore ajouter un manque de respect vis à vis des autres qui laisse pantois : les cubains n'hésiteront pas à mettre de la musique "à fond", à l'aide de baffles dignes d'une soirée en discothèque, sans jamais se soucier si le volume assourdissant peut gêner les personnes assises à moins de 2 mètres.


    Ils n'hésiteront pas' non plus, à jeter à la mer la bouteille de rhum qu’ils auront bue en se baignant...

    Que dire du harcèlement verbal dont sont victimes quotidiennement les touristes européennes avec des propositions sans équivoque ...


    - Le surpoids et l'obésité qui touchent près des 43 % de la population, l'envie de consommer et la perte du respect de son compañero ont remplacé dans les ventres et les cerveaux les idéaux qui les nourrissaient il y a encore 20 ans.


    (A ce sujet, la cuisine est très décevante : intoxication alimentaire (oui ! Et d'autres voyageurs rencontrés en ont été victimes également), plats pratiquement inmangeables tant le poisson ou le blanc de poulet manquaient de fraîcheur au point de ne pouvoir les couper, légumes ayant de toute évidence traînés dans le frigidaire, ou assiette de quelques fruits à un prix exorbitant ont accompagné notre périple de bout en bout.



    On ne peut que trop vous inviter à vous méfier des langoustes dont la fraîcheur de la plupart d'entre elles restent à démontrer. Autant dans les casas que dans les restaurants).


    - Rarement, nous n'avions été reçus avec autant de visages fermés et sans sourire. Marquant souvent une réelle antipathie, et parfois même de l'agressivité.


    - Là encore, jamais nous n'aurons vécu de tentatives quasi systématiques d'arnaques, accompagnées de mensonges ou d'histoires à dormir debout.


    Au restaurant, en prenant un taxi, en achetant une bouteille d'eau dans une "supérette" ou bien même un billet de bus.


    Même la compagnie nationale de cars "Viazul" se livre à des stratagèmes incroyables pour obliger les touristes à prendre des taxis collectifs aux pratiques encore plus scandaleuses, à des tarifs souvent supérieurs et avec des temps de parcours.


    Pour exemple, il nous aura fallu 7 heures pour parcourir 230 kilomètres, entassés à 17 dans un de ces taxis collectifs, après avoir été changés de véhicule, comme du bétail, séparés de nos premiers compagnons de route, sans aucune explication.

    Pour finalement tous se retrouver dans le même véhicule lors des derniers kilomètres après que le chauffeur ait prétexté une panne imaginaire d'un autre taxi collectif...


    Nous pourrions décliner en dizaines d'exemples la manière dont le mensonge est utilisé de manière récurrente par une large majorité de cubains qui ne voient dans le touriste qu'une bourse à vider.


    3°/

    - Que penser de la prostitution où de jeunes hommes et des femmes de tout âge se vendent pour une bière, et où des hommes n'hésitent pas à offrir leur épouse ou leur fille pour quelques Cuc, l'équivalent de quelques euros ?


    Quand on pense que le Che parlait de l'Homme nouveau ...


    - La corruption a gangrené toute la société obligeant les cubains à se livrer à "un negocio" plus ou moins illégal dans l'angoisse permanente d'être contrôlé et pris en flagrant délit.


    Apprendre au détour d’une conversation qu'un cubain est mort, il y a quelques années, d'un infarctus lors un contrôle inopiné alors qu'il préparait "illégalement" une langouste à un touriste qu'il avait reçu dans sa "casa" laisse sans voix...


    Enfin, entendre les mêmes témoignages dans toute l'île sur le sentiment d'impuissance, le désarroi ou la désillusion des cubains ne fait que renforcer l'idée que le romantisme révolutionnaire cubain est un mirage savamment entretenu.


    Non, Cuba n'est pas le pays, ni le peuple que l'on pensait découvrir ou redécouvrir.

    Le choc entre le fantasme et la réalité est rude et mettra vos certitudes en pièces si vos yeux et votre cerveau daignent en accepter l'existence.


    Bien entendu, certains s'horrifieront à la lecture de ces lignes jurant qu'ils n'ont jamais rien vu de tel.

    Et pour cause !


    Certains voyageurs y seront allés dans des périodes de faible affluence ou hors vacances cubaines.

    D'autres auront voyagé par l'intermédiaire de tour - opérateurs qui prennent grand soin de débarquer leurs clients dans les zones les plus touristiques de chaque ville en évitant soigneusement les quartiers dont l'image et les odeurs pestilentielles relèvent plus du tiers monde que de ce qu'en attendent des touristes avides d'entendre de la musique cubaine ou de boire un daikiri dans un des bars fréquenté par Ernest Hemingway !


    Quant aux plages, ils préféreront réserver des chambres dans un des hôtels 5 étoiles de Varanero aux plages parfaitement propres et fréquentées exclusivement par des étrangers et sous bonne surveillance.

    Sur ces plages-là, point de cubains ! Et pour cause ...


    D'autres soutiendront avoir fréquenté des plages "cubaines".

    C'est fort probable mais certainement pas pendant les mois de vacances de Juillet et Août !


    Heureusement, dans ce pays en lente désagrégation politique, morale et sociétale, une petite minorité de cubains, très cultivée pour l'essentiel, tente de survivre dans ce qui était pour eux aussi un espoir. Celui de voir surgir de Cuba un monde équitable, juste et moderne.


    Ce sont eux qui nous confié le plus souvent et le plus sincèrement leurs désillusions ...

    Eux aussi qui nous ont accueilli avec cœur, sincérité et envie d'expliquer la situation politique, économique et morale passée et actuelle.


    (Ce sont d'ailleurs ces « casa particulares » là qui vous aideront dans l'organisation de votre périple et vous éviteront souvent de très nombreuses arnaques de taxis et restaurateurs sans scrupules.

    De plus, ils vous proposeront une cuisine souvent authentique, fraîche et traditionnelle à des prix défiants toute concurrence.

    Vous tiendrez là vos véritables anges gardiens même si les problèmes d'eau, électricité, climatisations plus ou moins défaillantes, literies ou tout simplement confort de base sont légions !

    Et même si sur la douzaine de casas que nous avons habitées, très peu nous ont accueilli chaleureusement.

    Souvent, la très bonne première impression se transforme rapidement en absence d'un réel intérêt pour leurs hôtes ou de manière plus pragmatique en relation exclusivement commerciale).


    En résumé, celles et ceux d'entre vous qui viendront chercher ou ramener de Cuba les repères historiques et traditionnels de l'île y trouveront leur compte : images éternelles ou phrases célèbres de Fidel et du Che sur les murs, cigares authentiques ou non à gogo, musique cubaine dans presque tous les bars, rhum à volonté, ...


    Pour les autres, vous voilà prévenus ...


    Le Che avait en horreur le mensonge :


    Hasta la verdad ( vérité )... Siempre ?
     
  2. virtualTrip

    virtualTrip Membre

    Inscrit:
    7 Janvier 2017
    Messages:
    37
    J'aime reçus:
    0
    et bien voila un témoignage qui change de ce qu'on voit à la télé!! merci pour ce retour d'expérience, comme vous dites chacun se fera son idée en fonction de sa propre expérience sur place..
     
  3. JD SDF a CUBA

    JD SDF a CUBA Membre Actif

    Inscrit:
    11 Décembre 2006
    Messages:
    173
    J'aime reçus:
    7
    Localité:
    Alsace
    Bonjour termi69 !

    Ce que vous dites, ce que vous décrivez c'est la stricte réalité, c'est le vrai Cuba.
    Ceux qui nous racontent autre chose, c'est faux.

    Cuba, se veut le reflet d'une vitrine imaginaire.... il suffit de regarder la télévision et écouter la radio là bas, pour voir et entendre le décalage entre les mensonges distribués et la réalité.

    Les propos que vous ramenez n'ont rien d'excessifs. Il ne sont que la réalité brut et bien servie, c'est triste mais c'est comme cela.
    Un lien pour confirmer l'état des choses:

    Immeubles en périls.

    Maintenant il y en a qui vont las bas juste pour se défoncer dans le brouhaha des décibels poubelles adossés au rhum et la prostitution. Eh bien à travers ce que vous dites, on comprend mieux le pourquoi de la destination hors vacances club et tourisme individuel réel.

    Autre chose, il est claire, comme vous le soulignez, qu'il ne faut pas croire que les Cubains acceptent le bruit permanent des assoiffés de musiques démesurément fortes des malades de l'alcool, ces fêtards de la salsa ou du reggaeton, qui emmer..... tout le monde, alors que les autres ont besoin de dormir.
    Merci à vous.

    Jacques DEPOLLIER du JD SDF a Cuba.
     
  4. FloM

    FloM Nouveau Membre

    Inscrit:
    17 Septembre 2017
    Messages:
    2
    J'aime reçus:
    0
    Bonsoir,

    Merci pour votre avis honnête. Nous sommes allés à Cuba cet été 16jours, et je retrouve parfaitement nos impressions à travers notre récit... Arrivés sur place nous avons vite été confrontés aux arnaques diverses et surtout l'irrespect et la pollution permanente... Et la déception a été que personne (ni les guides bien-sûr...) n'ose dire la vérité à propos de cette île, ni être honnête !
    C'est dommage, on est vite déçus à notre arrivée en voyant une plage "poubelle" plutôt que du sable fin!

    Merci pour ce post !
     
  5. Revenant

    Revenant Membre

    Inscrit:
    6 Février 2015
    Messages:
    73
    J'aime reçus:
    2
    Je ne peux que être d'accord en grande partie par ce post et ses réponses.

    J'aime Cuba, j'y vais régulièrement depuis 1995, et je m'y suis marié en 2001. Mon premier voyage en 1995, nous étions tous des fils et filles d'agents d'un grand Comité d'Entreprise. On y a fait de superbes rencontres, et je suis resté en contact avec une famille dont la petite de 5 ans était malade. J'y suis retourné plus tard, en couple, puis seul, puis de nouveau en couple, et un jour, j'ai rencontré celle qui est mon épouse aujourd'hui après plus de 16 ans de mariage (puisque marié en 2001) et un enfant franco-cubain de 7 ans.

    Ceci pour dire que le Cuba, je l'ai beaucoup plus connu côté vie cubaine que touristique.

    Un premier point où je ne suis pas d'accord, mais qui ne remet nullement en cause votre très bonne analyse ; Non, les taxes et prélèvements pour le particuliers (ou privés) n'atteignent pas 90%. Je ne vais pas inclure le domaine hôteliers d'état ou les restaurants d'état, où les prélèvements sont très complexes ;
    - 95% des revenus de l'hôtel ou restaurant jusqu'à 2013 (1 CUC de revenu = 1 CUP de bénéfices (sachant que 1 CUC = 24 CUP), taux de prélèvement très largement revu à la baisse petit à petit depuis l'annonce du gouvernement en 2013 de l'unification monétaire..
    - Les chauffeurs de taxis d'état percevait un salaire fixe plus 1 CUP pour chaque CUC encaissé (hors pourboire bien-sûr) et étaient contraint à un minimum de revenus journaliers.

    Dans le domaine privé, tels que les loueurs de chambres (ceux autorisés à louer aux touristes, en CUC ou Dollars US), ils payaient, avant, une taxe élevée pour louer une chambre (et deux fois plus élevée s'ils en louaient deux). Cette taxe était mensuelle, qu'ils aient des clients ou pas. A cette époque, une minorité s'en sortait, et c'est pour cela que des casas fermaient aussi vite qu'elles avaient ouvert. En 2011, cette taxe a été réduite à 150 CUC pour 1 chambre, 225 pour 2 chambres, 300 pour 3 chambres... Pour une chambre louée 20 CUC par nuit, il fallait donc la louer une dizaine de nuits minimum pour être un peu bénéficiaire. A titre d'exemple, AirBnb avance une moyenne de location par chambre sur Cuba (tous touristes mondiaux passant par AirBnb confondus) de 3 nuits de location par mois.

    Depuis, cette taxe mensuelle a été réduite (en 2013) à 30 CUC par chambre (ou 35 CUC par chambre si location du logement entier), plus jusqu'à 20% des revenus.

    Ceux qui sont dans la vente de boissons non alcooliques ou d'aliments, préparés ou pas, payent beaucoup, jusqu'à 50% des revenus (frais déduits), mais le marchés noir les alimente beaucoup.

    Voilà en ce qui concerne les taxes et prélèvements.

    Ensuite, sur la nourriture. En 22 ans, je n'ai jamais eu ni intoxication alimentaire, ni turista, et je peux vous assurer que je mange très rarement dans des restaurant d'état.
    Le restaurant que je fréquente le plus, et à chaque fois, c'est Siete Mares dans le Vedado (sur 23, à l'angle de J, tout proche de Coppelia). Là, c'est fruit de mer, en CUP. On y mange très bien, pour moins de 20 euro pour 4 ou 5 personnes.

    Le poisson, la langouste, etc., sont tellement demandés qu'ils passent rarement plusieurs jours dans un frigo. Nous, on achète toujours des langoustes au marché noir (ben oui), directement aux pêcheurs. A Santiago, on payait maxi 4 ou 5 dollars le kilo, et elles étaient fraîches (vivantes). Le gars nous les nettoyait, et on pesait que les queues (même si on gardait les têtes pour préparer des caldosos pour une paëlla.
    A la Havane, c'était souvent un peu plus cher.
    Mais pour la fraîcheur des aliments, ils ne jettent rien. Acheter de la viande au marché, avec plus de 30° de température, exposée au soleil, ne m'a jamais rendu malade, ni de consommer des produits plusieurs fois congelés et décongelés. Je me suis toujours dit que j'ai un estomac très solide. Mon fils qui a 7 ans (bon, on fait beaucoup plus attention pour lui) n'a été malade qu'une fois pour avoir mangé des mangues traitées pour mûrir plus vite.

    Des intoxications alimentaires, je ne pense vraiment pas qu'il y en ait plus qu'ailleurs, à part la Turista (faut dire que certains disent qu'on peut boire l'eau du robinet dans les hôtels ou dans certaines casas, ce qui est fortement déconseillé par n'importe quel guide ou connaisseur).

    Sinon, c'est ue belle analyse, rarement perçue par les touristes lambda.

    Pour finir, le Che n'est qu'une image qui fait vendre. A Cuba, il y a plus de touristes qui portent une image du Che sur eux dans la calle (rue) Obispo de la Havane que de Cubains qui en portent une dans tout Cuba.
     
  6. louise210000

    louise210000 Nouveau Membre

    Inscrit:
    21 Septembre 2017
    Messages:
    1
    J'aime reçus:
    0
    Bonjour

    je rentre également de Cuba où j'y suis restée 1 mois, avec des images plein la tête que j'avais envie d'y aller .. et je suis très déçue de la vie la-bas, ils n'ont vraiment rien et vivent de nous, du tourisme..

    La végétation est luxuriante mais rien n'a envié aux autres pays d'Amérique ..Je vous avouerais de ce que j'ai retenue de ce voyage, c'est cette aventure.. et oui c'est l'aventure pour circuler et négocier tous les prix et le fait d'être parti avec Expedream, un nouveau concept, où j'ai pu rencontré des personnes incroyables.

    Je retenterai l'aventure mais cette fois-ci direction, le Costa rica,au mois de juillet, s'il y a des intéressés, je proposerai mon voyage sur expedream, si vous voulez partir à la conquête des beaux paysages et de randonnée.

    Peut-être qu'on voyagera ensemble cette fois-ci :)
     

Partager cette page