Gastronomie cambodgienne - Que manger au Cambodge ?

  • Auteur de la discussion e-Voyageur
  • Date de début
E

e-Voyageur

Administrateur
Membre de l'équipe
29 Mai 2004
6 849
7
163
Paris - France
Cette discussion est consacrée à la cuisine cambodgienne : les spécialités, les produits du terroir, les desserts, les gourmandises, les alcools, les boissons ...
Ce message rassemble, au fur et à mesure, les suggestions publiées.

D'avance merci pour vos contributions.
Michaël

:ico_inf: A découvrir : Guide voyage Cambodge
 
L

Laika

Membre Actif
9 Mars 2006
70
0
25
Côte d'Azur
Pour situer la cuisine cambodgienne, il faut se rapporter à l'histoire. Au VIe siècle, c'est un royaume indianisé situé sur le delta et le cours moyen du Mékong. Jusqu'en 1432, le Cambodge élargit ses frontières et atteint la Birmanie et le Viet Nam actuels mais les Vietnamiens commencent à coloniser le delta au XVIIIe siècle et cet espace territorial deviendra un terrain de bataille entre le Vietnam et l'ancien royaume de Siam.

C'est dans cette logique historique que la cuisine cambodgienne est teintée de cuisines chinoise et vietnamienne.

70% des terres cultivées sont dédiées à la culture du riz. Ici le riz est non gonflé, à peine cuit et croquant.

Les brochettes, les rouleaux de printemps et le riz sont accompagnés de sauce nuoc mam (saumure de poisson) coupée d'eau à laquelle on ajoute un piment rouge haché.

On retrouve aussi une seconde sauce plus consistante composée de nuoc mam coupée d'eau dans laquelle on ajoute une quantité égale de jus de citron. On incorpore ensuite des filaments de carottes et de navets crus.

La brochette la plus courante est la "sapeck d'or", de petits morceaux de filet de porc entrecoupés de lamelles de lard et de rondelles de saucisses chinoises que l'on cuit sur le gril chauffé sur la braise.

Comme boisson, on boit de l'eau ou du thé. On trouve aussi le vin de palme, le choum, un alcool de riz et un cognac de fabrication locale.

Bon appétit ..... :)
 
L

Laika

Membre Actif
9 Mars 2006
70
0
25
Côte d'Azur
Le rat des rizières à la sauce khmer ....

Sihanoukville -Bèk Trang, capitale gastronomique grâce à son fumet de rat ...... :)

Avec le retour de la saison sèche, les habitants du village de Bèk Trang, dans l’arrondissement de Prey Nup de la municipalité de Sihanoukville, ont repris la chasse aux rats des rizières. Ces rongeurs qui pullulent sur les diguettes et dans les broussailles finiront dans l’assiette des villageois mais aussi dans les cuisines des deux restaurants de l’endroit qui se sont fait une spécialité de les accommoder à toutes les sauces.

Voici quelques années déjà que cette habitude gastronomique s’est enracinée là, s’inspirant d’une pratique venue du Vietnam.

"Au début, on nous regardait avec mépris, se souvient Mme Nhim Seun, chef de groupe dans ce village. On nous reprochait de manger des ‘bêtes très sales’. Mais, dès que les gens avaient goûté cette viande, ces critiques tombaient d’elles-mêmes." Tout le monde à Bèk Trang vous le répétera sur tous les tons : ces rats n’ont rien à voir avec ceux qui se repaissent des ordures des villes.

"Ces animaux se nourrissent de pousses de riz, de racines ou d’insectes. Leur viande est très propre. Et comme ils sont très gras, on peut les faire rôtir sans rajouter de graisse. Et c’est meilleur que la viande de poulet", insiste Ey Say, un des anciens du village, dont la plupart des habitants sont des Khmers du Kampuchea Krom arrivés dans les années 80. En soupe, en friture, ou en salade, la viande de rat des rizières se prête à toutes formes de préparations culinaires.

Depuis quelque temps, la réputation de ce mets a dépassé les frontières du village, comme en témoigne l’ouverture des deux restaurants fréquentés par des citadins. Situé à une trentaine de kilomètres de la cité balnéaire au bord d’une piste en latérite bien cabossée, Bèk Trang est devenu au fil du temps, et uniquement à cause de cette spécialité, un lieu prisé. "Ils viennent de Sihanoukville ou de Phnom Penh et, à leur apparence, ce sont des gens plutôt aisés", constate Seun Ty, gérant des lieux. On vient là en groupe d’amis manger dans ces restaurants ou pique-niquer au bord des canaux. Quelques portions de viande de rat à 500 riels les cent grammes, de la bière ou du vin de palme, voilà une manière de se distraire peu coûteuse et qui a trouvé son public.

Tout le village attend avec impatience la "haute saison". Dans chaque famille, on fourbit ses armes pour la chasse qui se passe la nuit. Une lampe électrique, des bâtons, rien de plus. Un chasseur habile peut, en une nuit, ramener 5 à 6 kilos de rats dont il tirera 6 000 à 7 500 riels. Le produit de cette chasse sert à améliorer l’ordinaire des familles et fournit les restaurants. Bèk Trang a même commencé à exporter sa production vers Sihanoukville. Dans d’autres provinces, comme à Battambang ou Kompong Chhnang, le rat des rizières est également consommé mais on n’y trouve pas de restaurants servant cette spécialité.

Outre le fait que ce mets permet aux habitants de Bèk Trang d’améliorer leur ordinaire, celui-ci protège les cultures de la dévastation par les rongeurs. "Il y a beaucoup moins de rats qu’auparavant dans nos rizières", se réjouit Mme Nhim Seun. "On ne peut qu’être content d’avoir adopté cette habitude de consommation."

SOURCE : Kong Sothanarith from Cambodia .....

Bon, celà me donne faim à moi, pas vous ....... :wink:
 
A

apsara

Membre
21 Juillet 2007
2
0
7
Espagne
Nourriture Cambodgienne

:japonais: :japonais:
Nous vous conseillons de ne pas prendre les repas dans les hôtels. ils sont bons mais en général européanisés comme à Siem Reap où c'est trés touristique.
Avec votre guide de voyage local aller manger dans des restaurants à eux et laisser vous conseiller par le guide. C'est une cuisine trés fine et trés bonne. Elle est similaire à la cuisine vietnamienne.
Manger uniquement des plats bien cuits à cause des maladies.
Pour les photos ou les aventuriers ils peuvent gouter des "spécialités" comme les migales frittes, les grillons fris ou les cafarts d'eau.
Bon voyage.