Trekking au camp de base de l'Everest via le col Cho La

A

andy

Membre
10 Novembre 2005
2
0
9
cqnqdq
Je compte partir avec quelques amis habitués à la rando pédestre, possiblement 3 ou 4. La décision n’est pas encore définitive mais nous penchons de plus en plus pour le trek de l’Everest via Gokyo. La traversée du col Cho La fait partie de nos interrogations. Le passage du col a la réputation d’être difficile. En quoi est-il difficile précisément ?
 
Azimut

Azimut

Tintibet
11 Juin 2005
528
1
66
Québec (Canada)
www.zonehimalaya.net
Le col Cho La

Je vois que vous avez cheminé. La traversée du Cho La est effectivement une étape exigeante du trek de l’Everest via Gokyo. La plus exigeante à mon avis. On peut l’éviter en faisant un retour sur ses pas jusqu’à Phortse et de là, gagner la vallée de Lobuche puis Gorak Shep au pied du Kala Pattar. Cependant, la traversée du col est une aventure en soi. Sa difficulté n’est pas technique. Le passage exige toutefois une bonne endurance à l’effort. La traversée est longue : il faut habituellement compter entre 8 et 10 heures de marche, parfois même un peu plus selon les conditions du col. La pente est abrupte et la difficulté s’accroît si le col est enneigé. À moins d’une tempête de neige récente, toujours possible, le col est habituellement dégagé vers la mi-avril. Le sommet du col culmine à 5 420 m et l'air y est mince en raison de l'altitude évidemment.

Si vous optez pour le col, je vous suggère de quitter Gokyo tôt le matin et de vous rendre à Thangnag pour y passer la nuit. Cette première étape est courte et vous pourrez disposer d'un après-midi de congé de marche avant la traversée du lendemain. Le jour de la traversée, prévoyez coucher à la kharka de Dzonglha de l'autre côté du col (face est). Le gain d’altitude entre Thangnag et le sommet du col est de 720 m tandis que la perte d’altitude du sommet à la kharka de Dzonglha approche les 600 m.

Je suggère à ceux qui envisagent cette traversée d’y aller modérément au départ de Thangnag afin de ménager leur énergie pour la dernière pente. Il est aussi recommandé d’être accompagné d’un guide qui connaît bien la région car la piste traverse le glacier Ngojumba. Le glacier avance et la piste n’est pas toujours évidente, ni sur le glacier ni sur la moraine. Le col est à éviter en cas de mauvais temps. Enfin, si vous faites porter vos bagages par des porteurs que vous avez embauchés directement, il faut s’assurer qu’ils disposent de vêtements chauds (manteau, bonnet et gants), d’une paire de chaussures convenable et de lunettes solaires. Cela semble aller de soi mais ce n’est pas toujours le cas. Plusieurs porteurs ne connaissent pas ce col et ignorent ses conditions.

Au bout du compte, l’effort est récompensé par des paysages absolument sublimes. Les plus beaux quant à moi de tout le trek de l’Everest. C’est la partie du trek que j'ai le plus appréciée malgré sa difficulté.

Aziman
 
P

passevoyages

Membre Actif
15 Décembre 2005
133
0
35
Paris
www.i-trekkings.net
Re,

Si vous partez pour la région de l'Everest, vous pouvez prévoir de faire le Cho La Pass. Sur place, renseignez-vous sur son état. Trekkers et propriétaires de lodge pourront vous renseigner sur l'état du col.

Sa difficulté réside surtout sur son état d'enneigement.

Je n'ai pu que faire l'aller-retour aux lacs sacrées de Gokyo mais j'ai un ami qui a fait seul ce trajet.

Greg
 
Azimut

Azimut

Tintibet
11 Juin 2005
528
1
66
Québec (Canada)
www.zonehimalaya.net
Col Cho La

La suggestion de s'informer à Gokyo sur les conditions du col est excellente et même incontournable avant d'entreprendre cette étape.

Je crois que même sans neige, franchir le col est une étape exigeante physiquement. Même pour les personnes en bonne forme physique. Nous étions une douzaine de trekkers habitués et entraînés à la longue randonnée en hautes montagnes. Tous ont trouvé le passage difficile. Évidemment, l'état d'enneigement du col ajoute à la difficulté. Mieux vaut s'y attendre. C'est sans doute pourquoi le col est relativement peu fréquenté.

Pour ma part, je ne crois pas que traverser seul le col est une bonne idée. Lorsque nous y étions, nous n'avons rencontré personne sur cet itinéraire. Il est vrai que dans la région, quelques trekkers affirmaient avoir entendu dire que le col était bloqué. Nous avons eu la chance d'être accompagnés par Babu Chhiri Sherpa (plusieurs fois vainqueur de l'Everest) qui est allé constater par lui-même l'état du col. Je ne sais pas si les conditions du col étaient vraiment singulières à ce moment là mais je sais que sans guide sherpa, nous aurions été incapables par moment de repérer la piste. Or cette région est bien vaste.

Aziman
 
Azimut

Azimut

Tintibet
11 Juin 2005
528
1
66
Québec (Canada)
www.zonehimalaya.net
Col Cho La

Passevoyages a écrit...
D'une manière générale, la marche en solo en montagne présente plus de danger. Mais sur le plan des émotions, je pense que c'est un grand moment.
Vous avez tout à fait raison. Là-bas, sur les pistes moins risquées, il fait bon marcher seul, à son rythme. Lorsqu'on voyage en groupe, il est habituellement possible de s'entendre avec le responsable pour faire de grandes parties du trek sans suivre le groupe, du moment que l'on s'entend pour que tous se rejoignent à l'étape. Les pistes sont faciles à suivre et on peut toujours s'informer en chemin au besoin.

Aziman
 
M

Masson987

Nouveau Membre
9 Février 2017
6
0
2
45
Salut

Ca dépend de la condition du moment où vous partez. Personnellement, le passage entre EBC et Gokyo est le plus facile car la montée est courte.

Cordialement.