Toulouse, la ville rose

Asseyez-vous à une des terrasses d’un café devant l’imposant Capitole où flotte un petit air qui sent bon la violette. Ça y est, vous voilà au cœur de la cité gasconne au milieu de ses bâtiments en briques roses et de sa jeunesse qui va bon train dans le méandre de ses rues pittoresques. La « ville rose », comme l’aiment l’appeler ses habitants, vous laissera un goût inoubliable tant elle est riche de par son histoire et de par sa douceur de vivre.

Au coeur de la ville

Terrasse d'un café sur la place du Capitole

Au carrefour des rues Saint-Rome et du Taur, la place du Capitole est le point de départ de la visite de Toulouse. D’ici, vous pouvez arpenter les rues étroites et pavées, et ainsi passer devant un florilège de musées, d’églises et d’hôtels pasteliers datant du XVIe siècle. Puis pour clore votre visite, rien de mieux que de gagner les berges de la Garonne et de faire une sieste bien méritée, bercée par les accords des guitares d’une bande d’étudiants.

Le Capitole
Pour commencer votre visite de Toulouse, rendez-vous sur la place du Capitole. Ce lieu de passage incontournable au cœur de la ville, bordé de cafés classés monuments historiques, et de restaurants gastronomiques, est un ravissement pour les yeux. C’est ici que se dresse l’Hôtel de Ville, une imposante et majestueuse bâtisse rose longue de 128 mètres. Sous vos pieds, une immense croix occitane s’étend sur la place. Emblème de la ville et de la région Midi-Pyrénées, elle est composée de 12 branches représentant les 12 signes astrologiques. A vous alors de retrouver votre signe zodiacal !

La Basilique Saint-Sernin
Si vous décidez d’emprunter la rue du Taur, rue étudiante par excellence avec ses cafés, ses restaurants kebabs, et ses pâtisseries orientales, vous vous dirigerez tout droit vers la basilique Saint-Sernin. Après le Capitole, c’est le second monument emblématique de Toulouse. Inscrite au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’Unesco, dans le cadre des chemins de Saint-Jacques de Compostelle, elle a été bâtie au XIe siècle pour commémorer la mémoire de Saint-Sernin, premier évêque et martyr de Toulouse.C’est le plus vaste ensemble roman au monde et sans doute l’un des plus beaux. Aujourd’hui, elle reste cette magnifique “fleur de corail” chantée par Claude Nougaro, dans sa sympathique ballade Ô Toulouse.

En prenant la rue Saint-Rome, vous passerez devant les nombreux hôtels pasteliers que compte la ville de Toulouse. Inspirés des fastes de la Renaissance italienne, souvent surmontés d’une tour, ils appartenaient à des marchands de coques de pastel, plantes recherchées à l’époque pour son pigment bleu. Ces édifices étaient, alors, le symbole de puissance et le signe de reconnaissance des personnages importants de la cité. Parmi les hôtels les plus célèbres, il y a l’hôtel de Bernuy dans la rue Gambetta, et l’hôtel d’Assézat sur la place du même nom, non loin d’Esquirol.

L’Hôtel Dieu
Pour contempler l’Hôtel Dieu, vous n’avez qu’à longer la rue de Metz et traverser le pont Neuf. Sur la rive gauche de la Garonne, cet édifice imposant a servi d’hospice durant huit siècles. Il a autrefois constitué une étape importante sur la route de Saint-Jacques de Compostelle. Il est devenu un véritable centre de soins et d’enseignement au XIXe siècle. Aujourd’hui, on y trouve le centre administratif du CHU et le musée des instruments de Médecine des Hôpitaux de Toulouse.

Des musées qui méritent le détour
Visiter Toulouse, c’est visiter un des ses musées qui constituent de splendides exemples de l’architecture toulousaine et qui offrent cloîtres et jardins, où il fait bon faire une petite halte. C’est l’exemple du musée des Augustins, devant son parvis aujourd’hui accueillant arboré de palmiers.

Musée des Augustins

Venez pousser la porte de cet ancien couvent pour y découvrir une collection très riche en peintures et en sculptures datant du Moyen Âge jusqu’au XXe siècle.

A quelques centaines de mètres des Augustins, en allant vers la Garonne, l’hôtel d’Assézat accueille la fondation Bemberg et l’Académie des Jeux Floraux où sont exposés entre autres une trentaine de tableaux de Bonnard, des peintures de la Renaissance, des Corot, Van Dick, Manet, le Tintoret, des œuvres de Cézanne, Signac, Picasso, du mobilier ancien ainsi qu’une collection de bronzes et objets d’art du XVIe au XVIIIe siècles.

Si vous passez le Pont-Neuf, vos pas vous guideront tout naturellement au bord de la Garonne vers le musée d’Art Moderne et Contemporain, les Abattoirs. Au premier abord, son nom peut vous inspirer un certain dégoût mais ne vous y fiez pas trop car il vous étonnera, au contraire, par la richesse de ses œuvres.

Enfin, profitez du Muséum d’Histoire Naturelle, rouvert seulement depuis 2008 après dix ans de travaux. Ses façades jouxtent le jardin des plantes, merveilleux espace vert où se mêlent sculptures et passerelles, au milieu desquelles des centaines de canards, oies et poules d’eau cohabitent. Peut-être aussi aurez-vous la chance de croiser l’un des paons et son plumage
brillant ?

Publié le 27/05/2010
Crédit photo : © Ville de Toulouse