Djerba, la douce

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage ! Rien de tel alors qu’une escale à Djerba pour assouvir votre soif de détente en profitant de la température de la côte sud tunisienne.

La douce

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage écrivait Joachim du Bellay et quel voyage ! L’escale innocente du héros grec sur une île aux fruits si délicieux faillit même le détourner de son importante mission tant l’île était douce. On raconte que son sol accueillait alors les Lotophages, un peuple imaginaire mangeur de lotus, véritable friandise au goût de miel si pur que ceux qui croqueraient dans sa chair jamais plus ne quitteraient ce paradis sur Terre. Vous l’avez compris, cette île n’est autre que Djerba.

Djerba et sa capitale

Gustave Flaubert la surnommait « l'île aux Sables d'Or » et de son climat, il écrivait « l'air est si doux qu'il empêche de mourir ». Rien de tel qu’une escale à Djerba pour assouvir votre soif de détente en profitant de la température de la côte sud tunisienne. Et vous ne serez pas le premier à choisir cette destination qui fait fureur depuis déjà un demi-siècle. Plage et mer sont les maîtres mots d’un séjour au pays de la cinquième saison, pour une pause bien méritée et une injection de soleil qui ne manquera pas de vous requinquer. Etendue sur une surface totale de 514 km2 c’est vers la côte nord que le tourisme s’est tourné et le choix entre les complexes hôteliers, clubs de vacances, centres privés de thalasso, spa et villas à louer, est vaste. Pour se rendre à Djerba depuis le contient, deux options s’offrent à vous : Vous pouvez débarquer par le port principal de l’île, le port de pêche aux éponges appelé Ajim. Autrement, un accès à l’île se fait par la chaussée romaine qui relie El Kantara au continent. Les deux villes sont reliées par de grands axes à la côte nord de l’île : le cœur de l’action.

En dépit d’années d’affluence et de nombreux développements résultant du tourisme de masse, le centre d’Houmt Souk, capitale et plus grande ville de l’île, a gardé son cachet d’antan. La ville possède des fondouks (anciens caravansérails ou gîtes-étapes pour marchands) et divers souks, idéal pour peaufiner vos compétences en marchandage ! EpicesDans les échoppes, vous trouverez de tout : des vêtements aux fruits et légumes, des paniers et chapeaux en feuille de palmier aux épices et à la vaisselle colorée. Le plus réputé de tous, le souk des bijoutiers mérite bien qu’on lui paie une visite. Ne manquez pas non plus la traditionnelle criée aux Poissons, une vente aux enchères aux pratiques subtilement codifiées. Dans la ville vous pourrez visiter la Zaouia de Sidi Brahim, un complexe formé d’une mosquée, d’une médersa et d’un mausolée abritant la tombe d'un saint du XVIIe siècle.  Vous trouverez également trois autres mosquées dignes d’intérêt : El Ghorba (mosquée des étrangers) aux multiples dômes, Et-Trouk (mosquée des turcs) du XVIIIe siècle au minaret ottoman et Ech-Cheikh. Autre monument incontournable, le vieux fort de Ghazi Moustapha appelé aussi Borj el Kébir se trouve à 500 mètres au nord de la mosquée des turcs. Du haut de ses remparts, on peut admirer un obélisque à l’emplacement même où se trouvait autrefois le Borj-er-Rous, littéralement "tour des Crânes", que le bey de Tunis fit abattre en 1848.

Que vous soyez voyageur expérimenté ou vacancier tranquille, le mieux est de se laisser flâner au rythme de vos envies à travers les ruelles aux maisons blanchies à la chaux et volets peints de bleu, couleurs caractéristiques du pays. Visitez doucement la ville, levez les yeux vers les palmiers, respirez l’air embaumé d’une placette fleurie de bougainvilliers. Dans le petit port, regardez les pêcheurs s’affairer. Un tour par le marché libyen vous montrera une autre facette de l’île et il y a tant à observer dans ce marché aux puces que certains croient berbère. Un alibi culturel ? Le musée des arts et traditions populaires rassemble des costumes traditionnels, bijoux. En juillet-août ne manquez pas le festival d'Ulysse consacré aux films mythologiques et historiques et en novembre le festival des marionnettes.

Plages, détente et découverte

Barque à DjerbaD’autres villages comme Midoun et Hara Seghira renferment aussi quelques secrets. Midoun est le deuxième plus grand bourg de Djerba et est renommé pour son marché animé qui se déroule tous les vendredis. Hara Seghira est le plus ancien village juif de Djerba et on s’y rend notamment pour admirer sa synagogue El Ghriba (l’étranger) lieu d’un grand pèlerinage annuel et qui abrite l’une des plus anciennes thoras au monde. A moins de 20km au sud de Houmt Souk se trouve le « village-jardin » de Mahboubine où fleurissent oliviers, vignes, buissons et arbres fruitiers ; la mosquée El Kareb et de beaux spécimens d’habitation typique de Djerba, les menzels, vous y attendent. Côté littoral, vous serez aux anges. Au nord-est de l’île s’étendent 20 km de plage : la plage Seguia est particulièrement gâtée avec ses palmiers qui forment une bordure naturelle et son sable blanc. Depuis la capitale, il est possible de prendre un bateau pour rejoindre une presqu’île idyllique au sable fin : Ras Er Rmel.

Alice Cannet
Publié le 06/11/2009
Crédit photos : © OT Tunisie