Association ou chantier humanitaire au Togo : arnaque ?

  • Auteur de la discussion e-Voyageur
  • Date de début
S

saxopnone

Nouveau Membre
14 Août 2018
3
0
1
17
#21
  • S

    saxopnone

attention aux organisation proposant des chantiers de jeunes

Je tiens à avertir les jeunes volontaires pour des chantiers de jeunesse, plein de bonne volonté de bien se renseigner sur l'association avec laquelle vous partez.
En effet, il y a deux ans, j'avais alors 18 ans. mon amie et moi même nous sommes parties en chantiers de jeunesses bénévoles au Sri Lanka avec l'associiation Solidarité Jeunesse, nous devions travailler avec des enfants et des jeunes.
Arrivé au point de rendez-vous: personne.
Aprés une heure d'attente nous esseyons de contacter les numéros que l'on nous avait laisser mais rien ne répondez!!!
Nous arrivons finalement par avoir un administrateur de Solidarité Jeunesse qui nous annonce que le chantier est annulé!!Une fois que nous sommes là bas.
Et comme le chantier est annulé et bien vous ne dépendez plus d'eux : personne ne nous a aider, personne ne s'est inquiété de savoir où nous allions dormir, de ce que nous allions faire pendant ces trois semaines où nous étions là bas.Le chantier était annulé et point barre.
Le meilleur c'est que nous avons quand même payé des frais d'inscriptions pour cette association d'un montant de 150 euros pour un chantier qui n'a jamais eu lieu et qu'il a fallu faire des pieds et des mains ( c'est à dire jusqu'à prendre un avocat ) pour qu'on nous rembours ces malheureux 150 euros!!
J'aurais aimé écrire tout ça sur leur forum mais ils n'en n'ont pas. Bizarre?
Non je ne crois pas, pour moi cette association est purement un simplement une machine à fric qui ne se souci absolument pas de l'humain.
 
S

saxopnone

Nouveau Membre
14 Août 2018
3
0
1
17
#22
  • S

    saxopnone

A very bad trip avec Solidarité Jeunesse
mes frères et moi participons à des chantiers internationaux jeunes depuis l'âge de 16 ans. Pour ma part j'ai fait 2 chantiers en allemange (super). *
par contre cette année j'ai participé en aout 2018 prés d'Alicante en Espagne à un chantier avec Solidatrité Jeunesse: cela s'est trés mal passé au point que je suis rentré au bout de 5 jours/
Dés notre arrivée au camp on nous a fait signé un contrat avec toutes les régles
- interdit de détenir des bonbons ou gateaux (que l'on nous a définitivement confisqué !!!) alors que par ailleurs nous étions encouragé à aller consommer des sucreries et glaces au snack du camp
-interdit de garder son portable plus d'1 heure par jour
- extinction des feux à 10h30 et interdiction de parler
- interdit de sortir seul jusqu'au village
-interdiction de se rafraichir dans la "piscine " de 80 cm sans la présence de notre "teamer"
par ailleurs, les 11 participants tous âgês de17 ans se sont retrouvés dans une colonie de 40 petits enfants espagnol (entre 7 et 10 ans) et on nous a expliqué que nous devions suivre les mêmes règles que les petits et donner l'exemple !!! Cela n'a pas du tout été signifié dans la feuille de route.
Le travail consistait à biner de 10h à 14h en plein soleil en pleine canicule ou peindre les locaux neufs du lundi au samedi . Pour cela nous n'étions pas des enfants mais pour le reste aucune activité n'était prévue sauf en soirée des jeux avec les enfants "cache cache" et de Douanier (cacher sur soi des petits objets pour que les petits enfants les trouvent en nous fouillant !!!!) .
-Nous dormions à 8 dans un tout petit boxe sans porte et encadré par les boxes identiques des enfants de la colonie.
Quand j'ai refusé de donner mon téléphone portable les choses se sont dégradées très vite. Il n'y a eu aucun moyen de négocier les régles, d'assouplir, les monos des enfants me coursaient dans le camp et faisaient pression pour que je donne mon téléphone, l'un d'entre eux a même était menaçant criant pour que je lui donne mon "fucking telephon "!!! (sic)
A aucun moment il y a eu des temps de concertation ni même de réunions pour parler du projet et donner du sens à notre engagement. En fait nous avons été utilisé comme de la main d'oeuvre bon marché. Il n'a jamais été prévu que nous nous retrouvions avec des enfants de 7 ans et que nous devions subir le même régime.
mon engagement en chantier international s'appuie sur le désir de rencontrer des jeunes de mon âge autour d'un projet de travail qui a un sens et qui s'appuie sur des valeurs bien identifiées ( écologie, protection de l'environnement, devoir de mémoire...).
Mes parents ont contacté Solidarités Jeunesse pour tenter de trouver un assouplissement et être rassurés. L'interlocutrice de Solidarité Jeunesse a joué à fond le jeu de l'association Espagnole DEAMITICIA leur disant que c'est moi qui posé des problèmes de comportement (car je ne voulais plus donner mon téléphone !) et que de toute façon les enfants n'ont aucun droit avant 18 ans. Ce dernier argument a convaincu mes parents de me faire revenir au plus vite. Je me suis débrouillé seul pour trouver un billet de bus avec l'argent que j'avais. Mes parents ont demandé à Solidarité Jeunesse de s'assurer qu'on me fournirait eau et nourriture pour le voyage ce qui n'a pas été fait. le responsable de la colonie d'enfants m'a laissé à 22h à la station de bus d'Alicante pour un départ à 1h30 dans la nuit, sans eau ni nourriture alors que je faisais un trajet de plus de 20h arrivant à Marseille à 20h le lendemain soir !!!!
'''<u>ces dysfonctionnements constituent un Déni de fonctionnement démocratique, en complète contradiction avec les valeurs d'éducation populaire, l'apprentissage de l'autonomie, la collaboration, la concertation, la mise en responsabilité....
Je suis extrêmement choqué des conditions d'encadrement de cette association Espagnole qui n'a aucune réflexion ni pratique de l'accueil d'un groupe de grands adolescent (je suis majeur dans 5 mois) et ne fait qu'infantiliser les bénévoles mais suis encore plus choqué par la non prise en charge et en conscience de Solidaité Jeunesse qui affiche pourtant des valeurs d'éducation populaire et se déresponsabilise complétement alors que c'est bien cet organisme qui fait la pub pour les associations partenaires et empoche l'argent pour cela. La réponse de l'interlocutrice de Solidarité Jeunesse a été de me mettre en cause moi...il est toujours plus facile d'accuser un jeune de poser des problèmes de comportement que de remettre en question un organisme partenaire.
pour finir sur 11 jeunes, outre mon retour prématuré demandé par moi et mes parents, 2 jeunes ont été virés 5 hjours avans la fin sur un autre camp en Espagne et 4° jeune 3 jours avant la fin du camp. Donc 4 jeunes sur 11 n'ont pas fini le camp ce qui pose la question des compétences d'encadrement de grands adolescents par cette structure.
 
J

JeuneTourterelle

Nouveau Membre
27 Juillet 2018
6
0
2
21
#23
  • J

    JeuneTourterelle

L'arnaque provient surtout de l'ambiguité de ces propositions. Dans leurs présentations elles ont toutes tendance à faire croire que les participants vont apporter quelque chose aux populations locales, qu'ils vont transmettre des connaissances.

Dans le même temps on annonce que ces offres sont ouvertes à tous, qu'on n'a besoin d'aucune connaissance particulière, qu'on peut rester une semaine ou 3 mois. Et surtout qu'il suffit d'envoyer son chèque pour être sélectionné.

J'ai passé plus de 20 ans à m'occuper de projets de développement, et bien croyez moi quand par hasard on a besoin d'une personne sur le terrain cela prend souvent des mois avant qu'elle ne parte. Car il faut trouver le bon profil, il faut que cette personne ait une sérieuse expérience dans le domaine où elle sera utilisée, il faut la préparer à s'intégrer à un milieu socio culturel dont elle ignore peut-être tout. Tout cela demande de très nombreuses rencontres et échanges.

Donc au mieux toutes ces associations africaines proposent des séjours types chantiers qui, s'ils sont bien organisés, permettent d'avoir une approche de certaines cultures. Mais en aucun cas les gens qui partent vont avoir une quelconque utilité à la réalisation d'un projet sérieux. Surtout que les tâches qui leur seront confiées pourraient parfaitement être exécutées par les locaux.

Vu le nombre de nouvelles propositions qui sortent chaque jour (ce phénomène est entrain d'apparaître en Amérique Latine) j'ai tendance à penser qu'il s'agit avant tout d'un business. A qui profite t-il ? Je l'ignore.
Complètement d'accord avec ce commentaire, c'est la même situation pour nous au Burkina Faso dans notre association humanitaire.
 
S

saxopnone

Nouveau Membre
14 Août 2018
3
0
1
17
#24
  • S

    saxopnone

pour ma part j'ai laissé mon commentaire sur le Facebook de Solidarité Jeunesse. et nous mes parents vont envoyé un courrier recommandé au Conseil d'Administration. En tout cas je ne suis absolument pas étonné de ce qui vous est arrivé sachant que la personne en charge de ce chantier à Solidarité Jeunesse sur Paris s'est complètement déresponsabilisée et n'a eu auprés de mes parents très inquiets aucune bienveillance ni compassion se bornant à leur dire que la seule chose qui lui importait était de savoir si je restais sur place dans les conditions ou si je rentrais bien sûr à mes propres frais. Quid des belles valeurs de l'Education Populaire, de la communication, du partage, du respect de chacun, des pratiques de coopérations démocratiques sur lesquelles cet organisme appâte les jeunes et leurs parents ?
 
marcel

marcel

Membre Pilier
18 Novembre 2006
806
5
66
france
#25
  • marcel

    marcel

Les fameuses assocs "à la togolaise" sont des sectes ou des mafias !
elles font tache d'huile dans toute l'Afrique de l'ouest et au Maghreb.

les commentaires positifs sont ceux d'adeptes paumé(e)s atteintes du syndrome de Stockholm.
Tout juste des colonies de vacances pour adultes rèveurs (ses) en attente d'indulgences, ou de matière pour essayer de briller en société.

Ces assocs à la togolaise n'ont qu'un but , remplir la tirelire de présidents autoproclamés mais aussi , et bien plus souvent qu'on le pense .. leur lit.

Ces assocs qui pratiquent l'arnaque à l'humanitaire sont nuisibles aux vraies ONG qui travaillent sur le long terme avec de vrais professionnels et des compétences.