Artisanat en Franche-Comté

Une forêt d’artisans

Les créations en Franche-Comté sont à l’image de ses forêts : denses, variées et qualiteuses. Cette région, à la frontière de la Suisse, recèle autant de richesses naturelles que de richesses artisanales : pipes, couteaux, jouets, cloches, horloges, bijoux… Malheureusement, la forêt humaine des artisans s’épuise et les arbres n’y sont pas replantés. La descendance a d’autres préoccupations. Il est donc urgent d’aller à la rencontre des quelques passionnés qui maintiennent encore la tradition artisanale d’une région unique.

Made in Franche

Une région généreuse et propice à la création

La Franche-Comté est un petit bout de France accolé à la Suisse et enclavé entre l’Alsace-Lorraine qui la surplombe et la Côte d’Azur qui la prive de l’afflux touristique qu’elle devrait connaître, en s’accaparant les masses grâce à son soleil aguicheur. Sa situation géographique et son climat tendance montagnard attirent peu le touriste. Pourtant, dans cette terre orientale, la nature est clémente et les hommes sont doués.

Pour ce qui est de la nature, le paysage est sublime et en plus varié. Les quatre départements qui composent la région (Jura au Sud, Doubs à l’Est, Territoire de Belfort confiné au Nord-est et Haute-Saône côté Nord-ouest) ne jouent pas aux copieurs et détiennent chacun leurs propres atouts.
Le Jura par exemple vous enveloppera sûrement dans la brume matinale qui jette un voile translucide sur ses montagnes. Le Doubs et la Haute-Saône se font plus cléments, avec une préférence pour l’horizontalité et des températures moins capricieuses. Enfin, le territoire de Belfort profite de ce que les Vosges ont bien voulu lui laisser : quelques ballons aux dos bien ronds mais parsemés de lacs aux profils magnifiques (vue de haut, c’est digne de la Finlande ; voyez le plateau des Mille Étangs, une merveille de la nature).

Les autochtones sont bien inspirés par cette nature enchanteresse et profitent de ses cadeaux pour matérialiser leur génie. Le fer est extrait des mines. On en fait un clou, puis vient l’idée d’en faire des lunettes ! Les autres morceaux de métal serviront à approvisionner l’usine Peugeot de Sochaux ou à façonner des cloches qui tinteront aux cous des vaches jurassiennes. Le bois est extirpé des forêts pour en faire des horloges typiques martelant les heures, des violons qui égaieront les froides soirées d’hiver ou encore des boîtes qui serviront d’écrins aux belles pierres taillées par le lapidaire du coin.

Tout est donc réuni pour favoriser le déploiement d’un artisanat qui allie technique et savoir-faire pour produire des objets précieux et de qualité. Sûr, vous ne repartirez pas de là-bas sans un petit achat !

Au début, la production était bien souvent le résultat d’un passe-temps. Lors des longs hivers vigoureux qui emplissaient les bas-côtés des chemins de neige, les habitants, perdus dans leurs chaumières, se retrouvaient seuls ou en famille au coin du feu. L’occasion rêvée pour se poster derrière la fenêtre, histoire d’y voir quelque chose, et de s’occuper en créant (on parle alors de « travail sur la fenêtre » qui permettait de profiter du peu de lumière que l’extérieur apportait et qui s’est effectué principalement à la seconde moitié du XVIIIe siècle). Pipes, montres, jouets et bijoux deviennent bénéficiaires de cet appétit créateur et se multiplient.

La splendeur des pièces incite à en étendre la production qui, au cours du XIXe siècle, profite de la Révolution Industrielle pour s’accroître. La petite activité familiale devient bien souvent une affaire industrielle qui envahit une zone précise et restreinte de la Franche-Comté. Les ateliers et les usines prolifèrent entre les clochers comtois des églises des petits villages. Ainsi, on retrouve aujourd’hui des villes spécialisées et consacrées à une spécialité particulière. À Saint-Claude, c’est la pipe ; Morez, c’est les lunettes ; les activités horlogère, textile et automobile se concentrent plus au Nord. Où que l’on aille, il y a des machines et des outils permettant de produire beau et bien.
Petit tour d’horizon des créations que vous pourrez ramener d’une petite escapade en Franche-Comté… Il y en aura pour tout le monde !

Sophie Graffin
Publié le 15/07/10
Crédits photo : © CRT Franche-Comté, P. Bruniaux ; © CRT, jf lami ; © CRT, G. Benoit ; © CRT, D. Bringard