Gdansk

Chef-lieu de la Voïvodie de Poméranie, l’une des 16 régions de Pologne, la ville est un petit bijou d’architecture et sa production d’ambre lui offre un rayonnement tout au long de l’année.

La reine de la Baltique

A l'embouchure de la Vistule, baignée par la Mer Baltique, Gdansk offre sa baie, ses rues pavées, et son adorable centre ville aux inconditionnels de la balade romantique, aux amoureux d'histoire, d'art et de culture. Chef-lieu de la Voïvodie de Poméranie, l'une des 16 régions de Pologne, la ville est un petit bijou d'architecture et sa production d'ambre lui offre un rayonnement tout au long de l'année.

Petite histoire de Gdansk

Une bourgeoise libérée - Petite histoire de Gdansk

Riche d’histoire, l’ancien petit hameau de pêcheurs s’est métamorphosé en grand centre naval au fil des siècles. Mais depuis sa fondation officielle au Xème siècle, (les premières traces remontent au VIIème) Gdansk a toujours bénéficié d’une position importante pour le commerce de sa région et de la Pologne toute entière. En tant que « porte maritime » du pays, la ville prospère au Moyen-âge et rejoint en 1361 la ligue hanséatique, une organisation marchande qui établit des comptoirs un peu partout autour de la Mer du Nord et de la Baltique.

Terre des rois et des riches patriciens, Gdansk fut aussi une grande bourgeoise comme le rappelle son centre-ville coquet. Dès le XVIe siècle, la riche cité accomplit sa destinée royale en accueillant Sigismond August qui s’y déplace accompagné de 2000 membres de la cour.

Puis en 1667, c’est au tour du roi Jean III Sobieski d’y effectuer un séjour. Tous deux traversent la ville par l’axe qui leur est destiné : la Voie Royale. Cette vaste avenue pavée était pendant une partie du Moyen-âge le plus long axe urbain d’Europe. Aujourd'hui elle est l'attraction touristique la plus prisée de la ville.

Pendant son âge d’or, entre 1500 et 1800, Gdansk est au centre de nombreux courants artistiques et cultive l’art sous toutes ses formes. Son architecture soignée, ses peintures et le foisonnement des sciences sont les faits de sa population, érudite et bourgeoise.

Sa richesse, la ville la doit aussi à son or, le succin (ou ambre de la Baltique), dont seule cette région a hérité. L’ambre est partout à Gdansk : des boutiques traditionnelles de bijoux aux autels d’église, des musées aux salons des professionnels et jusque dans la vodka, cette résine vieille comme le monde est l’emblème de la ville.

Longtemps convoité par ses voisins russes et prussiens, Gdansk glisse de justesse entre les mains allemandes en 1945 jonglant tour à tour entre les noms de Dantzig et Gdansk.

Théâtre des premiers affrontements de la Seconde Guerre mondiale, la ville sera au devant de terribles batailles et subira de cruelles pertes matérielles et humaines. La destruction quasi-totale du centre-ville pendant la Seconde Guerre mondiale est d’autant plus incroyable aujourd’hui que celui-ci a été reconstruit avec une grande fidélité par ses habitants qui en avaient conservé des plans très précis.

Dès la fin du conflit, Moscou s’empare de la ville par des élections truquées alors que les habitants s’attèlent à la dure tâche de la reconstruction. Les années 50 et 60 sont marquées par des conditions de vie difficiles, la pauvreté et le communisme. Mais le XXème siècle s’inscrira dans l’histoire comme le siècle de la liberté recouvrée.

Berceau du syndicat devenu mouvement politique Solidarnosc, la perle de la Baltique a démontré son attachement aux valeurs de liberté et d’égalité prônées par Lech Walesa.

Suivez le guide pour découvrir cette ville romantique à souhait. Laissez-vous surprendre par les merveilles d’architecture de la Voie Royale et partez sur les traces des hommes qui façonnèrent la Pologne moderne. La visite commence ici.

Présentation vidéo

Alice Cannet
Publié le 25/03/2010
Crédits photos : © Alice Cannet